dimanche 28 février 2016

Réaffirmer la Laïcité. Les propositions concrètes qu’Antoine Sfeir présentera pendant notre colloque du 16 Mars.

Une des six grandes propositions qui vont être débattues le 16 Mars prochain, voir notre Colloque http://lessolutionsexistentpoursortirdelacrise.fr, est présentée par Antoine Sfeir bien connu pour son expertise de l’Islam, du Monde Arabe, et de la Laïcité dont il est un ardent promoteur, et qui est un des fondateurs du Comité Bastille. Mais ses propositions complètes nous sont arrivées en retard. Aussi nous vous alertons tout spécialement pour que vous puissiez les connaitre à l’avance, comme les autres, et préparer vos questions. Dépêchez-vous de vous inscrire !

La laïcité, droit de croire, de ne pas ou de ne plus croire, est d’abord respect de la nature spirituelle des cultes exercés dans notre pays. Elle reconnait que l’agnosticisme et l’athéisme peuvent aussi être des voies de recherche éminemment spirituelle. Elle fait donc la différence entre la foi, démarche de l’intime, d’adhésion à une croyance, qui établit une relation également intime entre le croyant et son Créateur ; et la religion, organisation temporelle d’une communauté dont les membres disent partager une foi commune. 

Qui dit organisation temporelle dit autorité et pouvoir. Or les religions, censées relier les liens sociaux (religare en latin), sont aujourd’hui en train de délier ces mêmes liens alors que la laïcité les englobe. Et elle n’englobe pas seulement la religion. Dans une entreprise par exemple, laïcité veut dire aucune différence entre les personnes au travail, ni de couleur de peau, ni de faciès et encore moins de hiérarchisation fondée sur les diplômes. C’est l’ouvrage à accomplir qui donne le sens, qui fait que tous à tous les niveaux hiérarchiques ou professionnels sont complémentaires … La laïcité est dans ce cas encore une fois englobante et sous-tend la complémentarité des personnes travaillant dans les mêmes sens. Si Dieu existe, ne proposerait-il pas d'abolir les religions pour sauver la foi, ainsi que Simone Weil l'a pratiqué ? C’est ainsi qu’au fil des ans la laïcité, si on la soutient, devient le socle autour duquel s’articulent toutes les autres valeurs républicaines au même titre que la solidarité, l’égalité. Seule lui échappe la fraternité qui ne se décrète pas par le haut mais qui se bâtit tous les jours par chacune et chacun d’entre nous.
Nous proposons :
1. Enseignement :
Le Ministère de l’Education Nationale devient Ministère de l’Instruction Publique, qui forme le futur citoyen d’une République laïque. Ce sont les parents qui éduquent leurs enfants dans le cadre privé.
Les parents sont informés dès l’admission de leur enfant que l’Instruction Publique attend d’eux le soutien du Professeur, particulièrement en ce qui concerne la discipline, le comportement, les règles à suivre pour manifester le respect du professeur et la courtoisie envers tout le personnel de l’Instruction Publique et envers les autres élèves. L’accès de l’établissement enseignant leur est interdit sauf sur rendez-vous.
Les prédicateurs de toute religion reçoivent une formation au respect de la laïcité.
Est introduit au programme de l’enseignement primaire et secondaire dans le contexte de l’enseignement de l’histoire et de la philosophie une formation à l’histoire des religions, de la théologie, des conflits aux racines métaphysiques, et de la laïcité. .
La Taxe d’Apprentissage est abolie. 10 grands Campus universitaires régionaux sont créés pour être dédiés à l’Apprentissage des métiers manuels, ou qui demandent la formation nécessaire pour la certification de tout travail d’exécution dans un cadre de règlements & standards européens. Ils sont gérés par des commissions paritaires auxquelles participent les entreprises et établissements de toutes activités, les branches régionales des Syndicats de salariés et professionnels, et les Conseils Régionaux ; leur financement est administré par ces commissions grâce à une Dotation distribuée aux Régions dont le niveau est de 0,15% du PIB de la Région (soit environ 3 milliards au niveau national) et qui est abondée par la Taxe sur l’Actif Net (TAN).

2. Gouvernement de la République :
Seulement 8 Ministères : Intérieur ; Justice ; Défense ; Affaires Etrangères & Outremer ; Travail, Santé & Affaires Sociales ; Instruction Publique  & Recherche Scientifique; Economie & Finances ; Culture. Tous les autres deviennent 20 Secrétariats d’Etat rattachés à un Ministère, et les Secrétariats d’Etat deviennent des Directions ou Délégations Administratives gérées par des fonctionnaires désignés pour leurs qualifications.
Les budgets de la Défense, de l’Intérieur, de l’Instruction Publique proprement dite, du Travail & Affaires Sociales, et de la Santé sont sensiblement augmentés par étapes sur 5 ans grâce aux nouvelles ressources libérées progressivement par le Projet Taxe sur l’Actif Net.
Le Code du Travail est entièrement réécrit de façon à tenir dans un cahier A4 de 150 pages ou 90 000 mots maximum.
3. Elus de tous niveaux :
Le cumul de mandats devient interdit ; un mandat de Député à l’Assemblée Nationale ou de Sénateur peut être renouvelé une seule fois ; celui de Maire, deux fois ; Le Président de la République est élu pour un seul mandat de 7 ans.
Le vote par bulletin blanc est légal. Si dans une élection le nombre de bulletins blancs dépasse 20% des suffrages exprimés le vote est déclaré nul et les candidats doivent en moins de 30 jours avoir modifié leur programme et les personnes ou listes proposées.
4. Lois formalisant la Citoyenneté :
Un Service National d’un an est établi pour tous les jeunes âgés de 18 ans révolus ou sortants de l’Enseignement secondaire. Leurs activités y seront militaires ou civiles, telles que aides aux immigrants, aux personnes âgées ou handicapées, les travaux publics élémentaires, l’auxiliariat de police de proximité (ilotage) spécialisée strictement dans des taches de présence, de dissuasion passive et d’assistance à personnes en difficultés ou en perception d’insécurité, etc.
A l’âge de 18 ans révolus à date fixe symbolique, dans les Lycées, en présence des élus locaux et de délégués des Préfectures, les jeunes Françaises et Français, ainsi que les résidents étrangers jugés éligibles comme nouveaux citoyens, et que ceux nés en France de parents étrangers, prêtent une fois serment d’engagement envers la Constitution de la République. Dans leurs serments, ils déclarent avoir accepté que la Loi Républicaine et laïque prime sur toute autre loi sur l’espace public.
Une Taxe de Citoyenneté de 30 euros par trimestre est constituée permettant à ceux dont le patrimoine est trop modeste pour être soumis à la TAN d’exprimer leur engagement citoyen.

Les lois existantes en 2015 sur la déchéance de citoyenneté, notamment la jurisprudence concernant l’Indignité nationale, sont jugées suffisantes.

Antoine Sfeir

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire