dimanche 7 février 2016

Pourquoi la Reprise peine à Démarrer (Alternatives Economiques): En savoir plus.

Nous recommandons la lecture de l'article d'Olivier Passet, Directeur au XERFI, dans Alternatives Economiques de Février: http://www.alternatives-economiques.fr/pourquoi-la-reprise-peine-a-demarre_fr_art_1420_75169.html
et ensuite, pour en savoir plus, de vous inscrire à notre colloque du 16 Mars bien sur. 
Une 2CV rouge qui peine...
Belle image pour
une économie poussive.
(Doc. Alt. Economiques)
Il dit en bref:
L'économie française aurait du redémarrer puisque les prix du pétrole sont au plus bas, puisque l'euro a encore perdu 10% en un an, puisque les taux d’intérêt sont au plus bas depuis longtemps, et puisque nos voisins en Europe, qui sont nos clients, vont (un peu) mieux. C'est vrai.
Ces difficultés ne sont pas françaises, elles nous placent dans la moyenne de l'Union européenne, et on les observe aussi ailleurs qu'en Europe. C'est plutôt vrai: Les Américains, par exemple, se plaignent beaucoup de leur économie, au point d'écouter, comme candidats à la Présidence, des clowns comme Donald Trump qui est beaucoup moins drôle que l'était Coluche, alors que Coluche, lui, disposait en économie d'un certain bon sens.
Une pensée économique et politique dominante en France dit que nous souffrons de maux spécifiques à notre pays, et que "c'est toujours mieux ailleurs", et elle se trompe largement. C'est encore vrai.
Ailleurs comme en France, on constate la "panne" des pays hier locomotives de la croissance mondiale, les BRICs; l'accroissement fatal des inégalités; l’instabilité financière; le "grippage" de l'accélérateur salarial; les "défauts de coordination (des économies, pas seulement en zone Euro)"... La France y ajoute un zeste de fortes dépenses publiques (mais pas plus que Danemark ou Suède), un chouia de Droit du Travail trop lourd, et aussi, il faut insister, une paralysie fiscale de l'entrepreneur (variétés et excès des impôts sur les revenus, les marges, le chiffre d'affaires, sur telles sortes d'achats,,,) qui font que l'entreprise, et celui qui investit dans celle-ci, sont plus fortement taxés qu'ailleurs.
Mais Olivier Passet ne conclut qu'en déplorant que "la reprise soit molle, dans un monde si mou que même les conjoncturistes ne font plus que de molles erreurs de prévision". 
Or il y a autre chose, de bien plus lourd, d'abord en France, et aussi dans le monde développé.
Tous les économistes, même alternatifs, prennent pour acquis un modèle fiscal dominant, qu'ils traitent comme une donnée fixe, immuable. Aucun ne fait le travail que firent les pères de la TVA quand ils ont inventé celle-ci après la guerre. C'était une taxe innovante. C'est pourquoi d'ailleurs elle fut à l'époque la risée des économistes classiques, surtout anglo-saxons! Vous pensez, une invention fiscale française! Ça ne va pas être triste! (je suis assez vieux pour les avoir lus.) Et ils se sont trompés, cette taxe géniale a fait le tour du monde.
Or tous les pays développés, la France en premier, souffrent d'un mal commun...:

Or tous les pays développés, la France en premier, souffrent d'un mal commun: L’Impôt sur le Revenu (IR). Et nous démontrons ailleurs qu'il est la cause première de ce marasme fatal et mondial qu'il déplore.
Et tous souffrent d'une simple mais grave erreur de comptabilité que le monde traîne depuis les Accords de Bretton-Woods (1945) et la naissance de la Banque Mondiale, du FMI, de l'OCDE...: Ils considèrent que la dette se mesure en comparant la seule dette publique au seul Produit Intérieur Brut, le PIB, alors que la comptabilité la plus traditionnelle - celle pratiquée par chaque banquier qui vous consent un crédit, hypothécaire par exemple - considère à la fois votre patrimoine (votre Actif Net), votre endettement total (votre passif), et votre revenu (votre PIB, votre capacité à rembourser). Appliqué à un pays, cela veut dire qu'au lieu de comparer seulement la dette publique au seul PIB (ce qui fait presque 100% pour la France, 120% pour l'Italie et pour les Etats Unis, 240% pour le Japon), on devrait aussi comparer la dette totale, publique plus privée, au patrimoine total, et calculer ainsi l'Actif Net (Actif moins Passif) de la nation. 

Alors c'est la surprise:


Pays
Patrimoine brut (€milliards)
Dette totale (publique & privée, € milliards)
Dette totale/Patrimoine brut.
France
11 250
3 800
34%
Etats Unis[1]
30 700
33 300
108%
Allemagne
6 400
4 250
66%
UK
8 600
4 900
56%
Italie
10 300
3 425
33%
Belgique
2 000
1 600
79%
Japon
22 300
12 250
55%
Espagne
3 900
2 300
60%
    Voir Livre Blanc 2016 du Comité Bastille, sources premières multiples: 
     Insee, Ocde, Banques...


L'Italie et la France ont une dette de seulement un tiers du patrimoine, alors que c'est 55% pour le Japon, 56% pour le Royaume Uni, 60% pour l'Espagne, 66% pour la vertueuse Allemagne, 79% pour la Belgique et... 108% pour les Etats Unis qui nous font si souvent la leçon.
Oui, nous sommes endettés! Mais bien moins que les autres.
Si nous engageons l'abolition des Impôts sur les Revenus et votons une loi de discipline budgétaire crédible, qui rassure aussitôt tous nos partenaires et créditeurs qu'à nos déficits correspondront désormais un réel accroissement de nos actifs, et que nous allons être sérieux pour financer une relance;
Si nous remplaçons progressivement l’Impôt sur le Revenu par un Impôt Progressif sur le Patrimoine Dormant ou Taxe sur l'Actif Net, assurant que les revenus des investissements à long terme ne seront plus pénalisés d'autant plus qu'ils sont à plus long terme;
Si notre Banque Publique d'Investissements lance alors un emprunt et crée de nouveaux instruments financiers, tous à maturité à très long terme, pour collecter en dix ans mille milliards d'Euros dont les revenus ne seront plus imposés, ni les revenus de ceux, entreprises et leurs salariés et fournisseurs, qui travailleront à exécuter ces investissements;
Si ces investissements sont réservés strictement aux nouvelles entreprises et infrastructures de la reconversion biocompatible de notre économie;
Alors ces mille milliards d'Euros peuvent créer dans ces mêmes dix ans 300 000 emplois par an, trois millions en tout, notamment dans la transition énergétique, toute l'agriculture bio, la filière bois,...
Evidemment les actionnaires de toutes ces entreprises et de celles qui les financent payeront une taxe sur leur patrimoine. 
Mais notre mécanisme fiscal est tel que, plus ils investiront, moins ils seront taxés; et par contre plus ils utiliseront le marché boursier pour financer ces investissements, plus ils le seront puisque l'action cotée en bourse vaut sur le marché bien plus que la part d'actif net qu'elle représente.
En outre, les paradis fiscaux seront obsolètes, puisqu'ils furent créés en 1929 dans le seul but d'échapper à l'IR.
Et la financiarisation commencera á s'effondrer, puisque son instrument de base, pour opérer, est l'entreprise cotée en bourse.
La dette totale de la France passera de 34% à 41%, mais ensuite la loi de discipline budgetaire réduira facilement cette dette
Vous connaitrez la réponse à toutes vos questions en venant au colloque http://lessolutionsexistentpoursortirdelacrise.fr/ le 16 Mars à la Cité Internationale Universitaire. Ont déja annoncé leur présence: Michel Rocard, Corinne Lepage, François de Witt, le Prof. François Morin, Jean-Michel Laty,...
Nos associés dans ce colloque vous proposeront cinq autres réformes que nous soutenons aussi: Le Revenu d'Existence; La TVA circulaire pour plus taxer les facteurs de destruction de ressources, l'énergie, le non recyclable (Fondation 2019); les retraites à comptes notionnels; la Taxe sur l'Energie à la source; et les mesures favorisant ensemble laïcité et citoyenneté, pour l'individu et pour l'entreprise. Chaque proposition est concrète, factuelle, évaluée, et est soutenue par un groupe de réflexion expérimenté. Chaque proposition est déja résumée et disponible à: http://lessolutionsexistentpoursortirdelacrise.fr/index.php/programme/ Vous pouvez donc déja en prendre connaissance et préparer vos questions.
Le Projet Taxe sur l'Actif Net fait l'objet du Livre Blanc 2016 du Comité Bastille. Il sera prêt pour être distribué à tous les participants. Les journalistes peuvent déjà se procurer son Tapuscrit en me le demandant par mél.
Parce que nous sommes strictement privés, ce colloque est entièrement financé par les tickets d'entrée. Mais les professeurs dans les disciplines de l'économie, du management et de la société bénéficient d'un tarif réduit, qui est super-réduit pour leurs étudiants.
Vous savez que notre pays traverse une crise mondiale et complexe.  Nous organisons ce colloque pour que vous sachiez que nous pouvons la dépasser.




[1] Les renseignements sur le patrimoine total et sur la dette totale des Etats Unis sont contradictoires parce qu’il existe une importante part virtuelle dans le total, due à des dettes virtuelles auxquelles on oppose des actifs virtuels ou surévalués. Le chiffre d'environ 30 000 milliards ici est le plus bas qu’on trouve cité publiquement.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire