mardi 29 septembre 2015

Baisser l’Impôt sur le Revenu ne sert à rien. Mais l'abolir change tout, car il ouvre grand l'Investissement à Très Long Terme..

En 2015, les entreprises françaises ont retrouvé les marges dont elles disposaient en 2011. Leur trésorerie est en général correcte sinon bonne. 
Pourquoi n'embauchent-elles pas? 
Pourquoi n'investissent-elles pas? 
Pour la même raison que les Français eux-mêmes thésaurisent. Parce que, comme le dit Alexis Toulon dans Alternatives Economiques d’Octobre (entretien avec Michel Sapin et Eric Heyer), même si les coûts français ont baissé (baisse du prix de pétrole, baisse de l'Euro, aussi baisse des charges des entreprises grâce aux réformes déjà engagées...) l'avenir reste, pour tous les producteurs européens, à la fois maussade et incertain, surtout à long terme.
Dans ce contexte, il est illusoire de penser qu'une baisse de l’Impôt sur le Revenu (IS, IRPP, etc.)
Dans ce contexte, il est illusoire de penser qu'une baisse de l’Impôt sur le Revenu puisse changer grand-chose. C'est un argument critiquant notre Projet Taxe sur l'Actif Net (TAN) que nous entendons souvent.
Aussi, une erreur qu'a fait le gouvernement actuel comme le précédent est de privilégier la compétitivité sur les marchés extérieurs des productions françaises existantes, à un moment ou tous les pays concurrents de la France en font autant (ou bien en ont déjà fait autant) et ou les marchés mondiaux restent en général déprimés, et ou la Chine en particulier connait un dramatique réajustement vers le bas de son économie; ce pourquoi nous sommes en danger permanent de déflation comme le sait Mario Draghi, Directeur de la BCE.
Nous proposons non pas de baisser quelque peu les Impôts sur le Revenus, mais d'annoncer leur suppression progressive pendant une transition de dix ans, tandis qu'ils sont remplacés par une Taxe sur l'Actif Net, (ou Impôt sur les Patrimoines Dormants) qui montera en puissance en maintenant les recettes fiscales totales; et de trouver le marché de notre reprise générale d'activité en France même, par le truchement d'un programme d'investissements à très long terme, qu'on finance par un appel à l'épargne privée de 100 milliards par an pendant dix ans; appel exécuté par notre Banque Publique d'Investissements qui a été créée pour cela.
Si les investisseurs dans ce long terme savent que tout impôt sur le revenu va ainsi diminuer pour disparaître, alors la rentabilité à très long terme de ces investissements va complètement changer, d'autant plus que ces investissements provoqueront une création d'emplois (dans l'industrie, l'agriculture, la construction d'HLMs qui manquent gravement en ce moment, la génération d’énergie verte et les services, le tout dans un contexte de numérisation) de l'ordre de 300 000 par an pendant ces dix ans, ce chiffre étant d'ailleurs plus élevé au début de cette décennie qu'à la fin en raison des investissements massifs de capacités nouvelles qu'il faudra faire d'abord. Cela va dans le sens de ce que dit Eric Heyer dans cet interview: Il aurait été plus efficace de relancer l'investissement public que de baisser l’impôt sur le revenu. Dans le contexte du modèle fiscal actuel, c'est exact. 
Mais c'est un nouveau modèle que nous proposons... 
Voir http://www.comitebastille.org/p/blog-page_2362.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire