dimanche 7 juin 2015

Laurent Joffrin, Challenges et Alternatives Economiques, TTIP: Trois bonnes nouvelles pointant dans la même direction.

Il y a des moments ou je me sens optimiste. Bien que cela devienne difficile à mon age. 
Pour trois raisons ces jours-ci.


(I) Vous devez absolument lire le dernier livre de Laurent Joffrin Le Réveil Français (Stock). 
A un moment ou la grande mode en France est de débiner tout ce qu'est et tout ce que fait notre nation (voir Agnès Verdier-Molinié, Eric Zemmour, Alain Finkielkraut, Nicolas Baverez...), voici un auteur remarquablement bien documenté qui explique que la France d'aujourd'hui a des atouts. Elle applique des politiques. Elle entreprend des réformes. Elle crée des entreprises, qui souvent innovent. Elle éduque des jeunes qui, une fois diplômés, sont appréciés dans le monde entier. Ce qui explique pourquoi, malgré tous ces Cassandre, elle continue à emprunter à des taux de misère. Elle reste considérée par l'ONU et l'OTAN comme un allié sérieux qui gagne de la crédibilité plutôt que le contraire. Son 5e rang dans le peloton de tête du Monde Libre n'a pas changé depuis 1913. Elle influence la politique européenne, en général avec l'Allemagne et les autres membres du noyau dur de l'UE, dans les bonnes directions
  • Maintenir l'Euro. 
  • Faire tant bien que mal progresser la discipline financière et budgétaire vers l'objectif fédéral, qui est celui des Européens depuis 1950 et n'a jamais changé malgré les graves accidents de parcours inspirés depuis 1980 par le néolibéralisme, dont l'Allemagne à son tour devient consciente. 
  • Faire de l'Europe le continent qui défend le supplément d’âme contre la loi du marché. Protéger l'art et le temps de vivre contre la compétitivité par les seuls bas salaires. 
  • Protéger le cadre de vie, les écosystèmes et autres ressources naturelles contre la précarité financiarisée à n'importe quel prix. 
Bref une Europe préférant l'objectif d'humanité à celui du PIB maximal et de l'indice des cours de bourse. 
Evidemment tout n'est pas parfait dans cet ouvrage. J'ai regretté que Laurent Joffrin, qui continue à chercher une vertu dans les Impôts sur le Revenu, n'ait pas encore lu chez nous que le remplacement de ces impôts par une Taxe générale sur l'Actif Net permettrait enfin de réduire les inégalités au lieu de les amplifier automatiquement, de mobiliser les épargnes dormantes dans l'investissement à très long terme que la fin de l’Impôt sur le Revenu rendrait enfin rentable, et de rendre enfin obsolètes les paradis fiscaux qui n'existent depuis 1929 seulement pour permettre d'échapper à ce mode d'imposition.


(II) Le magazine Challenges publie cette semaine un rapport détaillé sous le titre Les Excès du Capitalisme, tandis qu'Alternatives Economiques en publie un sur l'accroissement des inégalités: Toujours plus inégaux, Les Chiffres qui le Prouvent. 
Les deux exposent avec des faits et arguments complémentaires comment, dans une économie mondialement financiarisée, le crime paye. Oui! Le crime c'est à dire ici le vol, la spoliation, le détournement, la tromperie des consommateurs, actionnaires et contribuables. Des criminels qui restent invincibles malgré tous les efforts de réformes.
Malheureusement, malgré les démonstrations de Thomas Piketty expliquant pourquoi ces vices et malfaçons ne commenceront à être combattues que par un Impôt sur le Patrimoine lui-même, et notre démonstration que cet impôt est absolument impossible à mettre en place si en même temps on n'abolit pas l’Impôt sur le Revenu, le cumul des deux étant certainement le meilleur moyen de tuer pour de bon l'esprit d'entreprise, les excellents auteurs de ces périodiques, comme Laurent Joffrin, n'ont pas encore fait le lien.  Alors que la transition en dix ans remplaçant le premier type d’impôt par le second commencera tout de suite à créer le marché qui permet à ces entreprises de réussir par l'investissement à très long terme. Réussir dans les secteurs de la transition énergétique et de la conversion biocompatible de notre économie, les industries dont nous, comme le monde, avons besoin.

(III) La résistance au projet de traité de liberté d'échanges et d'investissements dit TTIP(1) ou TAFTA (2) s'organise.

En Grande Bretagne, les ONG Global Justice et Stop TAFTA (voir https://stoptafta.wordpress.com/category/vu-dangleterre/) gagnent du terrain. David Cameron sait qu'il n'est pas question d'un référendum sur la sortie de l'UE sans répondre clairement à leurs questions. Aux Etats Unis, les Sénateurs Elisabeth Warren (Massachusetts) et Bernie Sanders (Vermont) posent les mêmes questions, en parlant du retard de leur pays qui s'aggrave en matière d’espérance de vie, de dépenses pour la santé publique et d'infrastructures, et ils gagnent de l'audience. En Allemagne, les combats concernant le statut des Volksbanks (banques régionales dont les statuts ne sont pas conformes aux normes européennes qu'Enrique Barroso voulait tant harmoniser avec celui des banques anglo-saxonnes), ou celui de Volkswagen (dont la Basse Saxe continue à être actionnaire); les questions de plus en plus fréquentes sur la remarquable compétitivité mondiale de firmes privées comme Robert Bosch ou Wurth GmbH gagnant en parts de marché face à des firmes cotées en bourse; tout cela fait prendre conscience à nos voisins que ce n'est pas un hasard si leur pays a mieux résisté à la financiarisation et persiste à être le plus compétitif du monde, et ceci sans parler de bas salaires.

Mais encore faut-il que la France et le noyau dur de l'UE pour commencer comprennent que la cause primaire de la crise de notre temps est l’impôt sur le revenu, né autour de 1914.


Rappelons que nos propositions de réformes fiscales consistent en :

D’abord, mise en place d’une législation imposant la discipline budgétaire (Etat et Régions). 

Abolition de tous impôts sur le revenu (IRPP, IS, CSG-CRDS, taxes sur plus-values et transactions financières, etc.), taxe foncière et droits de succession;


L’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) devient une Taxe générale progressive sur l’Actif Net des seules personnes physiques, à partir de 50,000 euros de patrimoine, commençant à 1.25%.


Elles constituent le Projet TAN.

(1) Transatlantic Trade & Investment Partnership
(2) Trans-Atlantic Free Trade Area

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire