samedi 10 août 2013

La raison définitive de ne pas exploiter les Gaz de Schiste nous vient de Pennsylvanie.

Je cite Le Monde du 10 Aout, page 5. Les faits: Une famille de Pennsylvanie, les Hallowich, propriétaires d'une ferme à Mount Pleasant, avait été empoisonnée par les retombées chimiques des forages de la société Range Resources, Inc. (Actif net au Bilan $2.3 milliards, croissance annuelle du cours de l'action: environ 15%, ils en ont de la chance les actionnaires). Symptomes:  brulures aux yeux, à la gorge et aux oreilles, migraines… Vous savez, ce genre de maux que toutes les compagnies actives dans l'énergie fossile vous garantissent, juré-craché sur leur stock-options, de ne jamais pouvoir arriver. L'exploitation de schiste en cause est celle de Marcellus Shale, une des plus grandes aux Etats-Unis. Procès. Comme d'habitude aux USA, accord à l'amiable: Son texte fait sans doute plusieurs pages, mais je vous le résume en un paragraphe: "Alors écoute, petit, nous ne te voulons que du bien, mais il te faut être raisonnable. On te paye cash net sept-cent cinquante mille dollars, c'est pas mal pour quelques migraines? Mais désormais, toi et ta famille, vous la bouclez, compris? Silence. Motus. Si on te questionne, tu dis que tout va bien. Sinon, gare. Voilà, tu signes là. Très bien. Ils sont à toi ces gamins? Ah oui, c'est à cet age-là qu'ils sont le plus intéressants. Allez, bon vent!"
La justice américaine, dans sa candeur, appelle ce genre de clause...

 La justice américaine, dans sa candeur, appelle ce genre de clause un gag order (ordre de baillonner)…L'avocat des Hallowich a cependant contrattaqué, arguant non pas que le principe du gag order était abusif en soi, non, c'est un avocat raisonnable. Mais qu'il était franchement abusif qu'il soit imposé aussi aux enfants Hallowich! Et pourquoi pas les petits enfants et toute la descendance quand on y est? Le 7 Juillet dernier il a eu gain de cause. Range Resources a renoncé à cette extension. Les enfants, entre deux toussotements, seront libres de parler.
Vous voyez donc, la société cotée en bourse Range Resources, ou toute autre, n'a qu'un devoir: Envers ses actionnaires. Mais alors, celui-là est sacré. Face à ce devoir, la loi, la santé publique, l'avenir de la nappe phréatique, la probité, les valeurs chrétiennes ou humanistes, que sais-je, sept.cent cinquante mille dollars, quand la capitalisation de l'entreprise valant plusieurs milliards augmente de 15% par an, même si on ajoute les frais d'avocat, c'est une broutille. C'est 0.5% du gain. C'est à leurs yeux ce que vaut la dignité humaine et l'avenir de la planète.
Mais, me direz-vous, alors que faire? Après tout, la France est endettée et en déficit. Et tout ce gaz de schiste qui dort, là, c'est quand même idiot… Non. Nous avons déja dit pourquoi, voir http://www.comitebastille.org/2012/09/gaz-de-schiste-si-un-debat-est.html
La voie royale de notre future politique de l'énergie, c'est la filière Volt-Gaz-Volt (projet VGV). Toute énergie produite en excès à tout instant est collectée localement et convertie en hydrogène par électrolyse de l'eau. Cet hydrogène, combiné avec du gaz carbonique (qui est extrait de l'atmosphère), est converti en gaz méthane. Ce méthane est stocké et distribué facilement à travers un réseau maillant tout le territoire, mais favorisant l'échelle locale: Le gaz est reconverti en électricité aussi localement que possible entre la source locale d'énergie (les panneaux photovoltaiques de votre maison ou de votre immeuble, un parc d'éoliennes en sous-charge, ou une station de recyclage par biomasse… ou encore une centrale nucléaire, avant sa fermeture à une date connue) et le transformateur local redistribuant cette énergie. Et les stocks locaux de gaz sont interconnectés pour déplacer le gaz là ou existe une demande nette.
Ce projet VGV est soutenu en France, notamment par le Rassemblement Citoyen de Corinne Lepage. Il avance déja en Allemagne sous l'égide de la DENA (Deutsche Energie Agentur) qui est financée à très long terme et à bas taux directement par l'Etat fédéral (50%), par la KfW Bankengruppe équivalente de notre BPI (26%) et quelques petits acteurs comme la Deutsche Bank. Ce que nous pourrions faire avec notre Banque Publique d'Investissements. Ce serait encore plus générateur d'emplois et d'activités si, avec notre Projet TAN (Taxe sur l'Actif Net) taxant directement le patrimoine des seules personnes physiques au lieu de leur revenu et celui des entreprises, nous avions le courage de mobiliser mille milliards d'euros sur dix ans d'épargne française, pour financer notre entrée dans la 3e Révolution Industrielle. Voir la présentation du Projet TAN sur notre page d'accueil.