jeudi 20 septembre 2012

Franse ratten, rolt uw matten! Et autres guerres de religion…

Rats français, dégagez ! C’est, en flamand, le cri de guerre de l’extrême droite séparatiste.
J’aime beaucoup la Belgique ; les Flamands, les Wallons, et les autres (car il y en a d’autres). C’est la Belgique qui m’a envoyé aux États Unis pour la première fois de ma vie, en 1965. J’y ai travaillé pour et avec plusieurs firmes, pour la Commission Européenne, et j’ai eu et j’ai encore des clients et des amis belges. J’admire un pays qui se passe de gouvernement pendant 600 jours et ou, pourtant, tout fonctionne comme d’habitude. Je sais que les Belges de bonne volonté combinent habilement les meilleures qualités des Français, celles des Allemands, et un humour à eux ; et je trouve très bien que Bruxelles devienne de facto la capitale de l’Union Européenne.
Et pourtant dans ce pays vieux, sage et expérimenté, on peut trouver dans la bouche de quelques extrémistes, pour les mêmes raisons, la même sottise[1] qu’on trouve dans celle d’un fondamentaliste islamique, d’un réactionnaire du Tea Party, d’un extrémiste anticatholique irlandais, ou encore… d’un économiste ou financier (baptiste ou mormon) fanatique du dogme du libre marché dont la sagesse, c’est bien connu, serait inspirée par Dieu. (Vox mercanti, vox Dei.) Même la Norvège pacifique, républicaine, démocratique, pratiquant depuis des lustres la recherche du consensus, peut produire un Anders Breivik qui est incapable de voir qu’aucune théorie, aucune conviction, aucune foi ne peut justifier le meurtre d’un seul innocent abattu au hasard, simplement parce qu’il se trouvait la parmi 75 autres victimes abattues au hasard.
La sottise islamique, en ce moment, ratisse large en matière de meurtres, de massacres, de dégradations de la condition de la femme, de destructions aveugles de symboles, de monuments et de tombes participant à une culture. 
Mais la sottise néolibérale, en faisant moins de bruit, tue et handicape des populations entières forcées au nom du dogme, par le moyen de la corruption de leurs gouvernements, à détruire l’environnement de leur mode de vie pour exporter gaz, pétrole, ou huile de palme, en y gagnant le salaire de misère de l’OS non qualifié.
Être laïc, c’est combattre cette même sottise et se vacciner contre elle, et poser comme principe fondamental que nul être humain ne peut être jugé, condamné, ostracisé, persécuté, en raison de ce qu’il est ou de ce qu’il croit ; il ne peut l’être qu’en raison de ses actes, y compris l’acte d’appeler en public à la haine et à la violence.
Être laïc et croyant, c’est savoir que toutes les religions peuvent mener un individu à la découverte du message divin, et que cette quête est personnelle ; que tous les livres saints ne sont jamais écrits que par des êtres humains; et qu'il appartient à chacun de les lire avec attention pour décider dans sa propre conscience de quand le texte en est vraiment inspiré par Dieu..
Être laïc et athée, c’est savoir que nul ne pourra prouver l’existence comme la non-existence de Dieu, et que si notre univers n’est le produit que du hasard et de la nécessité, et si la vie ne lui semble qu’un "conte plein de vie et de fureur, conté par un idiot, et ne signifiant rien", alors cela veut dire que les humains, chacun individuellement et muni de sa propre conscience, sont libres de donner un sens à la vie, et partant, un sens à tout l’univers. Et qu’en attendant, la conscience de chacun et les convictions que chacun en tire méritent le respect, tant qu’il respecte le principe laïc fondamental.
Etre laïc et économiste (ou acteur de la vie économique), c'est savoir que l’économie n’est pas une science; que tout dogme dictant soit que le marché, soit que l’État, est seul juge du bien commun n’est encore qu’un préjugé religieux parmi d’autres ; et que rien ne remplace le bon sens, la bonne volonté, et la bonne vieille épistémologie.[2]
La prochaine réunion de notre Groupe Laïcité se réunit début Octobre à Paris, chez Antoine Sfeir.
Si vous avez reçu ce message par email, c'est parce que vous êtes une des 525 personnes dans notre fichier de participants au Comité Bastille.
Si vous êtes curieux, joignez-vous à nous ou répondez en laissant un commentaire. Je vous donnerai l’adresse, et la date et l’heure exacte.

Amitiés à tous !



[1] Au Comité Bastille, on veut être courtois et on évite les mots injurieux et vulgaires. J’ai décidé d’appeler sot une personne qui vit de malentendus, d’idées préconçues, de jugements partisans a priori, et de procès d’intentions justifiant chez lui l’indifférence aux autres et le mépris de ceux qui sont différents, qu’on désigne en Français de tous les jours par un autre mot de trois lettres avec un o au milieu.
[2] L’épistémologie est la discipline philosophique qui enseigne de trouver pourquoi on sait qu’on sait ce qu’on sait.