samedi 15 octobre 2011

Objectif Oïkos, le Livre Blanc 2012 du CJD, reprend l'essentiel de nos projets en les ajoutant à d'autres tout aussi intéressants.

Le tapuscrit du Livre Blanc 2012 du Centre des Jeunes Dirigeants est prêt. Le livre sera publié avant la fin de l’année et fera l’objet d’une promotion respectable : Le CJD compte 45,000 entrepreneurs comme membres et anciens membres. Son titre est
Objectif Oïkos.
Oïkos est le mot grec désignant le milieu ou nous vivons. Il a servi de racine à économie comme à écologie. Il traduit bien l’idée de réconcilier la prospérité (qui n’est pas la croissance du PIB) avec, d’une part, la reconstitution de la nature (qui n’est pas seulement sa sauvegarde), et d’autre part avec la dignité humaine (qui n’est pas seulement le pouvoir d’achat). Vous en trouverez en cliquant ici la courte synthèse. L’ouvrage est à votre disposition en PDF. Cependant il est réservé à nos membres actifs. Si vous êtes membre, demandez le moi par retour. Si vous n’êtes pas encore membre, et si, après avoir lu la synthèse jointe, vous souhaitez continuer à participer à notre Comité, faites le moi savoir par réponse a atc@comitebastille.org
Les anciens du Comité verront que l’essentiel des réformes que nous proposions dès notre origine, et en particulier le remplacement de l’Impôt sur le Revenu par une Taxe sur l’Actif Net (le Patrimoine) des personnes physiques, a été conservé et adapté sans que l’objectif en soit dénaturé. Notamment la fin des déductibilités fiscales, dont les amortissements, annihilera le plus grand foyer d’évasion fiscale légale, et libèrera complètement la création d’entreprises individuelles, donc d’emplois.
Le CJD n’a pas retenu la Taxe de Citoyenneté parce qu’elle contredit l’Allocation Universelle (AU) telle que conçue par Marc de Basquiat. Je suis entièrement converti à celle-ci parce qu’elle permet d’abolir environ 30 différents régimes d’assistanats et de libérer entièrement ceux qui ont un statut humiliant d’assisté dans leurs efforts pour vivre dignement. Même les allocations familiales peuvent être supprimées, l’AU versée aux enfants étant plus généreuse que ces dernières, et étant permanente.
Notre plan de réforme de la Cour des Comptes, de portée bien plus grande que la mythique « Règle d’Or », a été conservé.
Nous avions évoqué antérieurement comment on pourra réformer la fiscalité pour protéger l’environnement et les écosystèmes et créer un Fonds d’Investissement à très long terme orientant l’épargne des Français vers ces investissements sans passer par le marché boursier. Là, les idées de Patrice Valantin et de Jacques Weber vont beaucoup plus loin. Le concept de bio-taxe qui serait l’occasion de libérer le cout salarial d’une partie des charges sociales, donc de diminuer le cout du travail sans réduire les salaires, en introduisant sélectivement et progressivement les matières premières à taxer en plus bien sur de l’énergie elle-même, est extrêmement riche. Le Fonds envisagé est devenu le Fonds d’Investissement Oïkos ou FIO. Je suis sur que vous reconnaitrez dans son fonctionnement ce que nous avions déjà esquissé.
Ayant assisté sur Internet au débat entre Martine Aubry et François Hollande, je constate à quel point, malgré toutes nos tentatives avec ceux d’entre nous qui sont proches du PS, de EELV, ou de l’UMP, nous n’avons pas encore réussi à faire passer ce qui me semble évident : Beaucoup des personnes les plus fortunées de la planète commencent à dire et écrire publiquement que c’est vrai, ils ne sont pas assez taxés, et la fiscalité actuelle est inique pour les revenus modestes et pour les classes moyennes. Nous avons exposé en détail pourquoi le seul moyen de taxer la fortune de façon équitable est l’Impôt sur la Fortune, ou Taxe sur l’Actif Net, parce qu’il taxe l’ensemble de la fortune sous tous ses aspects, en remplacement de tout Impôt sur le Revenu qui, en fin de compte, punit tous ceux qui essayent honnêtement d’améliorer leur condition et est principalement payé par les PME et les classes moyennes, c'est-à-dire ceux dont on a le plus besoin pour soutenir l’emploi et l’investissement, le vrai, à très long terme. Car nous croyons à la création d’emplois par l’investissement, et non pas par la consommation. En prime, cette abolition condamnerait les paradis fiscaux qui n’auraient plus aucune utilité…
Espérons que d’ici le Printemps 2012 nous serons arrivés à être entendus… D’ici là, je vous remercie tous de votre soutien et de vos encouragements, qui me font poursuivre contre toute attente cette aventure commencée en 2005 à Atlanta, entre cinq Français de l’étranger.
Ceci est la bonne occasion pour remercier tous ceux qui nous ont encouragés même s’ils n’étaient pas toujours entièrement d’accord, et notamment (alphabétiquement) : Raymond Aubrac, ancien Commissaire, Gouvernement provisoire de la République ; Gérard Blanchot, Consul général, Ministère des Affaires Etrangères ; Hans O. Bohner (Suisse), Dr. Engineering chimique ; Henri Chazel, Ex-Inspecteur Postes Economiques à l'Etranger, DREE-Ministère des Finances, Olivier Conrad, Dr. Sciences Economiques ; Hubert Coste, Inspecteur général honoraire, INSEE ; Christian de Boissieu, Président, Conseil d'Analyse Economique ; Bruce de Galzain, Rédacteur, France Inter ; Jean-Paul Delevoye, Président, Conseil Economique, Social et Environnemental ; Alain Dubos, Co-fondateur, Médecins sans Frontières ; Pierre-Mathieu Duhamel, Ancien Directeur du Budget ; Hadi Eckert (Allemagne), Sociologue-Expert auprès de l’UNESCO ; Hans-Guenther Koehn (Allemagne), Ancien  vice-président de la cour administrative (Oberverwaltungsgericht) de Saxe et président de la chambre régionale des comptes du Land de Saxe (équivalent d'une Cour des Comptes régionale) ; Jean-Paul Loup, ancien DRH et Administrateur, IBM Europe ; Jennifer Low, Ancienne Maitre de Conférences, ENA / Université de Paris ; John McIntyre (USA), Directeur de programmes, Georgia Institute of Technology ; Jean-François Minne, Publicitaire ; Philippe Petot, Président, Glen Raven Co., Jean Plantu, Cartoonist, Le Monde ; Henri Raymond, Professor emeritus, Université de Paris – Nanterre ; Michel Rocard, Ancien Premier Ministre ; Christiane Scrivener, Ancien Ministre de la Consommation ; Antoine Sfeir, Directeur, Les Cahiers de l’Orient ; Yann Teissier du Cros, Ancien Directeur Export, Alstom Transport, Michel Vaniscotte, Ingénieur-conseil, et les autres de nos 230 participants…