samedi 1 mai 2010

Comment libérer les logements sociaux des marchés financiers - Dynamique de cohésion sociale par la maîtrise coopérative du foncier.

Contribution de Sylvie Richet, membre.
40% du parc immobilier d’Oslo, capitale norvégienne, est composé de coopératives d’habitants, instituées suite à la politique de reconstruction d’après-guerre en faveur de l’accès à la propriété des ménages modestes. Cette forme d’habitat groupé, développé dans bien d’autres pays comme la Suisse (8% du foncier d’habitation) ou le Canada, est un modèle solidaire et écologique d’accès à la propriété, fondé sur le refus de la spéculation financière, la création du lien social, l’implication des habitants dès la conception du projet. L’un des cinquante projets en France, « le Village Vertical » de Villeurbanne, vient de déposer le permis de construire de la 1ère coopérative d’habitants française. Concrétisation du travail mené depuis 5 ans pour mettre en œuvre un autre mode d’habiter, le projet pionnier attend une reconnaissance légale : Habicoop, association militant pour une loi reconnaissant le statut, interpelle le Ministère du Logement sur l’urgence de donner un cadre législatif et réglementaire reconnaissant la spécificité non-lucrative de ce mode de gestion collectif de la propriété. A Bordeaux, le projet est de 80 appartements sur une friche urbaine adossée à d’anciens chais, impliquant de nouveaux rapports avec la ville. En raison de la spéculation financière immobilière et l’appauvrissement de l’offre, une part croissante de ménages français disposant de revenus raisonnables ne peuvent plus accéder aux logements sur le marché privé, à l’achat ou la location, entraînant la quasi disparition de la mixité sociale, un allongement de listes d’attente et un taux de rotation très faible des logements sociaux. La coopérative d’habitants offre une alternative pour les personnes exclues du marché de l’immobilier ainsi qu’un nouveau type de rapport à la propriété et une solidarité de voisinage. A Villeurbanne, chaque sociétaire de la coopérative s’est engagé à apporter sous forme de capital 20% du coût de construction (1360 €/m2) de son appartement et une part des loyers mensuels (780 € pour 85 m2) est destinée à rembourser les 80% restants : un coût peu élevé pour habiter un immeuble exemplaire sur le plan écologique et social, en conformité avec la Charte européenne du logement (2006).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire