mardi 30 septembre 2014

Réforme fiscale: les bonnes nouvelles de Philippe Aghion (Challenges) et de Jean-Pierre Petit (Le Monde) nous aident à dissiper un malentendu.


Quand j’ai vu l’interview de Philippe Aghion dans Challenges de cette semaine, mon sang n’a fait qu’un tour : Cet économiste réputé disait que le capital est trop taxé en France ! Cela me semblait incroyable. Mais la lecture m’a vite rassuré. Dans son esprit, comme dans celui de nombreux économistes et décideurs en matière d’épargne et d’investissement, taxer le capital ou taxer le revenu du capital, c’est la même chose ! Et quand il parle de taxer le travail, il veut dire de même le revenu du travail !
Or ce n’est pas la même chose du tout. Imaginez que vous ayez cent mille euros sur votre compte courant, lesquels ne rapportent rien : Pas de revenu, donc pas d’impôt. S’ils vous rapportent un intérêt minime et fixe de mettons un pour cent, cet un pour cent sera taxé en tant que revenu. Et si la somme est investie dans l’achat d’un bien que vous revendez cent quinze mille euros six mois plus tard, alors cette plus-value de quinze mille euros, étant un revenu, sera aussi taxée. « Trop taxée ! » dit Philippe Aghion. Bien entendu !
Mais si, comme nous le proposons,…

mardi 23 septembre 2014

Ce n’est pas le moment de nous désespérer.



Quand j’étais étudiant (1958-63), une expression à la mode était le Brain Drain, la fuite des cerveaux : Les jeunes européens – les britanniques y compris -  allaient finir leurs études aux États Unis, ou bien étaient recrutés par des firmes U. S. et partaient là-bas plus tard. Pourtant il n’y avait pas de chômage en Europe… Je suis moi-même parti en 1983, pour 26 ans. Je ne l’ai pas regretté, mais je suis revenu, comme la majorité des Européens qui ont tenté l'aventure américaine.
Aujourd’hui on en reparle, sur un fonds de stagnation et de chômage. Mais cette fois...

jeudi 4 septembre 2014

1 500 Watts + 500 milliards de tonnes + €400 milliards d’épargne qui dorment + 3,5 millions d’individus + 2 Mistrals + 1 force de frappe + 1 Etat islamique – 1/3 d’Ukraine – 1 TAN = 1914…


…ou 1 inventaire explosif genre Prévert.
1 500 Watts : C’est la puissance maximale d’un aspirateur vendu dans l’UE désormais, a décidé Bruxelles ce mois-ci.
500 milliards de tonnes, c’est la quantité annuelle de glace de l’Antarctique qui fond dans la mer.
3,5 millions d’individus, c’est le nombre officiel des chômeurs en France.
€400 milliards, c’est l’épargne des Français, liquide ou quasi-liquide, qui dort.
2 Mistrals, c’est le nombre de navires porte-hélicoptères commandé par la Russie à la France dont la commande est suspendue.
1 Force de frappe, c’est l’arme nucléaire de la France, la seule du monde libre qui pourrait frapper sans même informer les États Unis, qui coute environ 4 milliards de maintien par an, plus l’amortissement de ce qu’elle a couté depuis l’origine. 4 milliards, c’est un peu moins que ce que rapporte l’ISF.

samedi 16 août 2014

Nous avons répondu avec Corinne Lepage à l’objection que la classe politique oppose au veto de la Cour des Comptes, point-clé du Projet TAN



La réunion du 5 Aout du Comité Bastille a duré deux heures, dans la Salle des Fêtes de St Hippolyte du Fort. 



Autour de Corinne Lepage, Présidente et fondatrice de CAP21 et du Rassemblement Citoyen, Jean Rapenne, membre du bureau politique de CAP21, André Teissier du Cros Président de notre comité et Eric Wallez, Président région Languedoc, elle a réuni 71 participants y compris les 10 membres locaux du Comité Bastille (dont deux des trente-deux citoyens de l’UE participant au Comité). Elle a été suivie d’un diner à vingt-cinq en plein air à La Détente.

Parmi les participants nous avions Rolande David du Midi Libre, Janine Delaunay et Rémi Goujon de Radio Escapades, un ancien Maire, trois conseillers municipaux, un directeur de la Banque de France, quatre membres du Collectif Gaz de Schiste local, quatre cadres du SYMTOMA, deux militants de CAP21… L’audience était pour moitié locale. L’ensemble était représentatif de ce que peut être une assemblée locale de citoyens actifs n’importe où en France.

André Teissier du Cros a rappelé les points clé du Projet TAN : Droit de veto de la Cour des Comptes imposant que les budgets Etat

jeudi 14 août 2014

Nous ne sommes pas dans l’abime, mais certainement dans l’impasse.



Le Monde du 14 Aout contient plusieurs articles à lire absolument :
Page 9 : Interview par Marie Charrel de Jens Weidmann, Président de la Bundesbank. Il dit que Paris doit cesser de faire des remontrances à Berlin et se concentrer sur ses propres réformes structurelles pour réduire le chômage, et relancer l’activité économique par l’investissement plutôt que par la consommation. C’est ce que nous disons. Ne pas dramatiser avec des mots d’ordre catastrophistes du genre Homme Malade de l’Europe ou danger d’effondrement déflationniste, mais accélérer les réformes déjà engagées. Notamment la mise en place des TLTRO (Opérations de refinancement à très long terme dans des activités ciblées) qui ressemblent étrangement au niveau européen à ce que nous proposons pour la France : Lancement par la BPI d’un grand appel à l’épargne pour investir dans la reconversion biocompatible. Parachever l’union bancaire en n’hésitant pas à abandonner à la faillite les banques aux bilans « toxiques » telles que la Banco Espirito Santo du Portugal. Cesser de se plaindre de l’Euro fort, qui permet aux entreprises d’emprunter aux taux les plus bas. Nous disons oui, mais on peut faire mieux…
 Meme page : Henrik Uterwedde, Directeur adjoint de l’Institut Franco-Allemand de Ludwigsburg, rappelle le dialogue de sourds vieux de cinquante ans entre les deux pays,

mardi 12 août 2014

Conférence d’André Teissier du Cros du 2 Juillet 2014 à l’Assemblée Nationale, organisée par Nouvelle Voie Socialiste.

C'est avec retard dont nous prions nos participants de nous excuser qu'André Teissier du Cros publie ses notes préparées pour la conférence organisée le 2 Juillet par nos amis de Nouvelle Voie Socialiste (NVS). Voir http://nouvellevoiesocialiste.blogspot.fr/
NVS est un groupe de réflexion interne au Parti Socialiste, organisé pour fonctionner de façon très autonome: études, recherches, débats et recommandations. Notre audience comptait environ 35 personnes dont 3 membres de notre Comité. C'est à Rémi Demersseman-Pradel, un des fondateurs de NVS et membre de notre Bureau, que nous devons d'avoir eu cette occasion unique.
Notre collaboration a débuté par trois rendez vous les 8 et 9 Juillet au Quai de Bercy, à l'Elysée et à Matignon. C'est ainsi que nous avons pu reconfirmer que l'objection au Projet TAN porte sur un point essentiel. C'est ce point qui a été discuté à la réunion du Comité bastille du 5 Aout, à laquelle participait Corinne Lepage (CAP21, Rassemblement Citoyen). Je vous renvoie au compte rendu de cette réunion qui est paru depuis.

André Teissier du Cros et Eric Wallez



Les Français comme les Européens ont découvert récemment (élections) qu’ils sont en panne d’espoir. D’où vient cette désespérance ?


Le populisme,
La xénophobie face à l’immigration,
Le malaise des profs,
La délinquance,
Le malaise de la police,
Le milieu hospitalier,
Les intermittents,
Les suicides pour cause de conditions de travail,


Tout s’atténuerait ou disparaitrait si le chômage baissait.
Le chômage entretient la désespérance.

jeudi 10 juillet 2014

David Cameron a rendu un immense service a tous les citoyens de l’Union Européenne, m’a dit le fantôme de Jean Monnet.




Opinion personnelle d’André Teissier du Cros

Cela vaut la peine de faire l’effort de comprendre la position britannique.
La nomination de Jean-Claude Juncker, a dit David Cameron, est antidémocratique. 
Pour une raison, mais fondamentale :
Le gouvernement de l’UE, jusqu’à présent, fut fondé sur le respect de la souveraineté de chaque Etat-membre. Ce respect est spectaculairement visible a un moment très précis : Quand le conseil des États-membres désigne le nouveau Président de la Commission par consensus unanime et non pas par vote. Donc la souveraineté de la moindre des nations est respectée, puisqu’une seule d’entre elles peut bloquer la nomination d’un candidat en refusant de rejoindre le consensus. Or le gouvernement de chaque nation-membre a, lui, été démocratiquement élu. Donc...

lundi 30 juin 2014

Lu dans Economie Matin: Comment introduire la Taxe sur l'Actif Net sans sortir de l'UE.

Mis à jour le 30 Juin 2014.
Vous pouviez lire l'an dernier dans Économie Matin, en cliquant ici, une très intéressante comparaison des pays de l'UE en fonction du seul Impôt sur les Sociétés (I. S. impot sur les bénéfices nets) à vocation non financière, donc industrielle, commerciales, agricole, services... Celles qui créent des emplois et de la richesse réelle et non pas virtuelle.
Cette carte résume les travaux du Xerfi. On peut facilement y vérifier ce que nous annonçons dans le Projet TAN: L'introduction progressive, en dix ans, d'une Taxe sur le Patrimoine des seules personnes physiques viendrait progressivement compenser une baisse de l'I.S. en France, parce que le taux français pourrait d’abord s’aligner sur le taux allemand, puis polonais, puis irlandais, sans que Bruxelles puisse s'y opposer. A condition bien sur que le déficit du budget français revienne en même temps dans les limites imposées, ce qui deviendrait possible en combinant l'effet du nouveau veto souverain de la Cour des Comptes et de la relance de l'activité. Les investissements à très long terme et bas taux garantis par la BPI seront en effet grandement facilités par la disparition progressive de l'I. S.
Évidemment, les patrimoines les plus fortunés vont contribuer le plus à la TAN puisqu'elle est fortement progressive (zéro jusqu'à €50,000, puis de 1.25% à 3%). Mais la TAN remplace à la fois l'ISF, la Taxe Foncière et les Droits de Succession. Et sa mise en régime, étalée sur dix ans, sera accompagnée par la disparition progressive de l'I.S. payée par les entreprises dans lesquels ils placent leurs investissements. Voir les détails du projet en lisant nos deux présentations Power Point: Ici la première, et ici la deuxième.

vendredi 27 juin 2014

Sommes-nous trop endettés? Cela dépend de l'avenir que nous voulons.

Article de Janvier 2014, mis à jour et complété le 27 Juin 2014.

Trop endettés? La encore, le bon sens nous amènerait à répondre oui. 
La dette publique de la France était de 30% du Produit Intérieur Brut (PIB) en 1978 ; de 60% en 2007. 
Elle a atteint 75.8% (environ 1 500 milliards) fin 2009. Depuis elle a dépassé 90% et Marie Visot (Le Figaro) annonçait 93,1% pour 2013 (1 925,3 milliards) et prévoyait 95,4%, soit 1 950 milliards, pour fin 2014. 
Nous avons appris depuis que notre déficit atteindra 4% au lieu de 3,7%; et que l'INSEE a révisé ses chiffres pour fin 2012: Dette de 90,6% du PIB au lieu de 90,2%! 
Bref la dérive continue. 
Celles des USA, de la Grande Bretagne et de la plupart des pays membres de l'UE, de l’OCDE, (voire de l’ONU), en ont cependant fait autant, et pour certains beaucoup plus.